A la lecture de cet article qui faisait hier la une de la version web du New York Times, j'apprenais que pour récupérer un peu de cash le parlement américain et le gouvernement s'étaient mis d'accord pour mettre aux enchères des fréquences. Ces nouvelles fréquences seront ensuite dédiées à augmenter le débit des connexions internet mobiles (ce que l'on appelle la 4G, G comme génération) qui alimentent les tablettes, téléphones intelligents et autres dinosaures électroniques comme les ordinateurs portables.

Rien de neuf allez vous me dire, car même la France pratique cette vente des ondes. En fait ce qui est nouveau c'est de décider la vente d'un bien qui n'est pas à vendre au moment de la prise de décision. En effet, les fréquences sur-lesquelles ces enchères seront lancées ne sont pas disponibles actuellement. Il s'agit de fréquences occupées, en partie, par la télévision numérique terrestre.

Pour exproprier les télévisions, le sénat américain a donné un mandat particulier à la commission fédérale des communications (FCC), l'équivalent en France de l'Arcep + le CSA + l'ANFR. Ce mandat consiste pour la FCC à demander, moyennant une compensation financière, aux chaines de TV d'accepter de changer de fréquence dans la bande actuellement utilisée (bande Ultra High Frequency UHF).

Pour schématiser, la FCC demande aux chaînes d'échanger leurs canaux (fréquences) de télévision les plus élevés contre des canaux plus bas afin de dégager une belle portion de fréquences libres à la vente puis au déploiement des services 4G, qui alimenteront les tablettes (pour visualiser ... des programmes de TV très consommateur en bande passante ?).

Mais comme ce mécanisme peut être insuffisant pour assouvir l'appétit des télécoms, la FCC peut également demander aux télévisions, avec un plus gros chèque à la clé (mais pas trop gros quand même, la manipulation doit rester rentable), de restituer les fréquences de la bande UHF contre des fréquences de la bande VHF (very high frequency). La bande VHF correspond à la partie du spectre que Canal plus utilisait, avant la TNT, pour diffuser son programme en analogique et sur laquelle la radio numérique terrestre (RNT) devrait s'installer un jour ou l'autre. Les américains n'ont jamais eu de projet de planification de la radio numérique en bande VHF, eux ont numériser dans la bande FM et par satellite.

Précisons également, que le Gouvernement américain a consenti à donner une partie des fréquences qui lui étaient attribuées (entre 1930 et 1995 MHz) pour ajouter ce lot aux prochaines enchères.

Suite à cette décision, on peut s'interroger sur plusieurs points :

  • La France et l'Europe ont ils déjà suivi de tels projets venant d'outre Atlantique ?
  • Faut il conserver sur son toit, l'antenne VHF qui servait à recevoir Canal plus avant le passage au tout numérique ?
  • Faut il faire le deuil de la RNT (si ce n'est pas déjà fait) ?
  • Ce débit internet sera-t-il réparti sur l'ensemble du territoire ou comme on peut l'imaginer uniquement sur les zones denses ?

Un autre article sur le sujet.