les mystères du spectre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 30 janvier 2014

Voeux 2014

L'entreprise K-Plug entre dans sa cinquième année. C'est donc avec enthousiasme que nous vous présentons nos vœux pour cette année 2014 !

VOEUX 2014

mercredi 24 juillet 2013

Règle de trois

Un projet de loi fait actuellement débat, une fois n'est pas coutume. Comme il s'agit d'un projet de loi concernant l'audiovisuel (pour les plus jeunes lecteurs, il s'agit de la télévision et de la radio regardée ou écoutée sur des boîtes non connectées à internet installées dans le salon, la cuisine, la voiture), le zoom sur cette loi est donc accentué car les médias aiment étrangement parler de ce sujet.

Parmi les projets de modification de la loi qui encadre le domaine de l'audiovisuel, je m'intéresse plus particulièrement à la radio et au seuil anti-concentration. En effet, en 1994 le législateur a établi une limite pour éviter qu'une même personne (morale ou physique) ne détienne un véritable monopole des stations de radio. Le seuil a été fixé à 150 millions d'auditeurs français métropolitains, ce qui représentait à l'époque environ trois fois la population recensée.

La formule de calcul conduisant au chiffre de 150 millions n'ayant jamais été publié, nous pouvons imaginer que cette règle avait pour but d'empêcher une entreprise ou une personne d'être propriétaire de plus de trois radios nationales privées couvrant entièrement le territoire métropolitain. La vérification de ce critère s'effectuant par un calcul, sans double compte (il est possible de recevoir en un même endroit plusieurs fréquences diffusant le même programme), du nombre de français couvert par les fréquences diffusant un même programme sur le territoire français (qu'il s'agisse d'émetteurs installés en France ou chez nos voisins monégasques ou luxembourgeois, pour une diffusion hertzienne FM ou AM).

Ce calcul revient de facto à l'autorité de régulation attribuant les fréquences de radio : le Conseil supérieur de l'audiovisuel.

Le seuil n'a pas évolué depuis 1994 et le CSA a publié les chiffres des couvertures des principales radios en 2003 et 2010. Dans le projet de loi actuel, certains veulent supprimer ce seuil, le modifier ou en ajouter un autre pour éviter la concentration des radios locales ou régionales.

La population a augmenté depuis la création de ce seuil, ainsi par le simple jeu de la croissance démographique, une entreprise disposant de 3 radios couvrant l'ensemble de la population métropolitaine serait devenu rapidement hors la loi sans obtenir une fréquence supplémentaire ni gagner le moindre Watt de puissance supplémentaire sur l'un de ses émetteurs.

En parallèle, l'Insee, institut en charge du recensement a fait évoluer ces méthodes :

  • jusqu'en 1999 il y avait un recensement réalisé tous les 10 ans (le temps de réaliser les enquêtes et de dépouiller les résultats);
  • ensuite à partir de 2006 la méthode a changé, en effectuant des enquêtes plus réduites sur des échantillons plus représentatifs afin d'aboutir à un résultat annuel avec un décalage temporel de 3 ans, les chiffres de 2006 entrent ainsi en vigueur en 2009.

Devant la bagarre qui s'engage sur ce sujet "vital" du seuil ant-concentration en radio, j'ai imaginé une solution pas plus intelligente que le seuil établi en 1994 mais logique par rapport à ce chiffre non contesté depuis près de vingts ans. Comme tout bon scientifique, mon principal outil est la règle de trois. Vous devinez donc la suite, j'ai fait évolué virtuellement ce seuil proportionnellement à la population recensée. J'obtiens même le seuil de 1990 qui n'a jamais été établi et je dirais qu'actuellement le juste chiffre est de 164 millions.

Affaire suivante !

évolution de la population et seuil anti-concentration

samedi 18 février 2012

radiodiffusion : version américaine de " pousse toi de là que je m'y mette "

A la lecture de cet article qui faisait hier la une de la version web du New York Times, j'apprenais que pour récupérer un peu de cash le parlement américain et le gouvernement s'étaient mis d'accord pour mettre aux enchères des fréquences. Ces nouvelles fréquences seront ensuite dédiées à augmenter le débit des connexions internet mobiles (ce que l'on appelle la 4G, G comme génération) qui alimentent les tablettes, téléphones intelligents et autres dinosaures électroniques comme les ordinateurs portables.

Rien de neuf allez vous me dire, car même la France pratique cette vente des ondes. En fait ce qui est nouveau c'est de décider la vente d'un bien qui n'est pas à vendre au moment de la prise de décision. En effet, les fréquences sur-lesquelles ces enchères seront lancées ne sont pas disponibles actuellement. Il s'agit de fréquences occupées, en partie, par la télévision numérique terrestre.

Pour exproprier les télévisions, le sénat américain a donné un mandat particulier à la commission fédérale des communications (FCC), l'équivalent en France de l'Arcep + le CSA + l'ANFR. Ce mandat consiste pour la FCC à demander, moyennant une compensation financière, aux chaines de TV d'accepter de changer de fréquence dans la bande actuellement utilisée (bande Ultra High Frequency UHF).

Pour schématiser, la FCC demande aux chaînes d'échanger leurs canaux (fréquences) de télévision les plus élevés contre des canaux plus bas afin de dégager une belle portion de fréquences libres à la vente puis au déploiement des services 4G, qui alimenteront les tablettes (pour visualiser ... des programmes de TV très consommateur en bande passante ?).

Mais comme ce mécanisme peut être insuffisant pour assouvir l'appétit des télécoms, la FCC peut également demander aux télévisions, avec un plus gros chèque à la clé (mais pas trop gros quand même, la manipulation doit rester rentable), de restituer les fréquences de la bande UHF contre des fréquences de la bande VHF (very high frequency). La bande VHF correspond à la partie du spectre que Canal plus utilisait, avant la TNT, pour diffuser son programme en analogique et sur laquelle la radio numérique terrestre (RNT) devrait s'installer un jour ou l'autre. Les américains n'ont jamais eu de projet de planification de la radio numérique en bande VHF, eux ont numériser dans la bande FM et par satellite.

Précisons également, que le Gouvernement américain a consenti à donner une partie des fréquences qui lui étaient attribuées (entre 1930 et 1995 MHz) pour ajouter ce lot aux prochaines enchères.

Suite à cette décision, on peut s'interroger sur plusieurs points :

  • La France et l'Europe ont ils déjà suivi de tels projets venant d'outre Atlantique ?
  • Faut il conserver sur son toit, l'antenne VHF qui servait à recevoir Canal plus avant le passage au tout numérique ?
  • Faut il faire le deuil de la RNT (si ce n'est pas déjà fait) ?
  • Ce débit internet sera-t-il réparti sur l'ensemble du territoire ou comme on peut l'imaginer uniquement sur les zones denses ?

Un autre article sur le sujet.

samedi 1 janvier 2011

meilleurs voeux

Début janvier constitue pour K-plug un double événement, tout d'abord la nouvelle année et la traditionnelle présentation des vœux mais aussi un anniversaire : celui de la création de l'entreprise.

K-plug vous présente donc ses meilleurs vœux pour 2011.

Je tenais également à remercier par ce billet et ce cliché pris ce soir au Caire (vous noterez que les antennes poussent bien dans la région, les effets du Nil sans aucun doute !), les personnes qui m'ont soutenu dans ce projet un peu étrange (beaucoup de gens ont encore du mal à comprendre mon métier ...), celles qui se sont intéressées au projet ou qui m'ont conseillé, mes proches et bien entendu mes "chers" clients.

Même si j'ai le sentiment d'être un cas relativement isolé, cette "K-plug-année" s'est déroulée à merveille et je souhaite maintenir le cap et tenir la distance.

A toutes et à tous une belle année 2011,

Meilleures salutations,

Etienne Kordos

voeux 2011 de la part de K-plug

mercredi 1 décembre 2010

analyseur de spectre FM

A partir d'une base données recensant les émetteurs FM français et étrangers (voisins de la France), cet outil permet en choisissant une commune française et le numéro de département correspondant de visualiser pour chaque fréquence de la bande FM (87.6-107.9MHz) les fréquences exploitées ou coordonnées internationalement, chaque émetteur est positionné dans un tableau en fonction de la distance qui le sépare de la commune de référence choisie par l'utilisateur.

En effet, l'utilisateur définit 4 distances : a, b, c et d; ensuite les émetteurs sont placés pour chaque fréquence en fonction de leur éloignement dans la colonne : "0 à a km" ou "a à b km" ou "b à c km" ou "c à d km".

Dans l'exemple suivant (cliquez sur l'image pour plus de précision), l'analyseur est placé sur la commune de Châlons-en-Champagne dans la Marne (51), ainsi pour la fréquence 87.6 MHz le résultat se lit de cette manière :

  • pas de fréquence 87.6 MHz à moins de 25 km
  • la fréquence la plus proche est à Vouziers (programme RTL à 27 dBW de PAR soit 500 W) à 50 km de la ville de référence
  • une autre fréquence 87.6 MHz est exploitée à 69 km de Châlons, il s'agit de l'émetteur de RCF à Romilly-sur-Seine
  • etc ....

[((

En fonction de la puissance maximum des émetteurs recensés pour une fréquence la ligne est colorée de la manière suivante :

  • rouge pour les émetteurs dont la PARmax est supérieure ou égale de 10 kW (c'est le cas dans notre exemple)
  • orange pour les émetteurs de plus de 2kW
  • bleu pour les émetteurs dont la PARmax vaut au moins 1 kW
  • L'analyseur est directement accessible ici ou via la page outil de k-plug.

Prochainement un niveau de champ estimé sur la ville de référence sera disponible pour chaque fréquence afin de fournir un véritable analyseur de spectre virtuel.

- page 1 de 2